Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques d'un catho ordinaire

Reflexions et partages d'articles sur la sphère catholique

D'où vient l'expression "Faire les 400 coups" ?

Publié le 23 Novembre 2016 par Yo

1621. Louis XIII mène la guerre aux protestants. Si l’Édit de Nantes promulgué quatre ans plus tôt leur accordait des privilèges - parmi lesquels la pratique du culte dans certaines parties du royaume - le pouvoir royal n'entend pas faire perdurer cette situation. Les places fortes qui dénient la religion du monarque sont assiégées de façon systématique.

 

Le roi décide donc de s'attaquer à la cité de Montauban. A l'époque, la ville compte environ 10.000 calvinistes contre 15.000 huguenots. Le 17 août, Louis XIII ordonne la cessation de cette intolérable fronde. Il entame le siège, ayant pris ses quartiers non loin de là, au château de Piquecos. C'était sans compter sur la préparation des assiégés en vue d'une bataille longue et difficile. Menés par le premier Consul, Jacques Dupuy, ils ont fait des provisions de vivres et se sont retranchés à l'abri des fortifications, prêts à soutenir l'assaut. Face à la ténacité des Montalbanais, l'armée royale est mise en déroute à chaque nouvelle offensive.

Quatre mois plus tard, au grand dam du monarque, les riverains tiennent toujours bon. Louis XIII fait alors appel à un alchimiste espagnol de renom. Afin de contraindre les Montalbanais à se rendre, il recommande au roi de provoquer une grande frayeur. C'est dans ce dessein que Louis XIII ordonne à son artillerie de lancer simultanément 400 coups de canons sur les remparts de la ville. En dépit de ce coup d'éclat royal, les assiégés résistent encore. La légende raconte que les Montalbanais étaient en train de festoyer au cœur de la cité au moment où les boulets de canon du pouvoir royal s'abattaient sur les remparts de la ville. Cette anecdote aurait donné sa signification à l'expression « Faire les 400 coups » : vivre sans respecter les us et coutumes, mener une vie désordonnée, sans respect de la morale.

Aujourd'hui encore, Montauban célèbre chaque été la Fête des 400 coups. Pour les historiens, ce récit relève du mythe. Dans les faits, l'artillerie royale ne disposait que de 39 canons et non 400. Les frasques du jeune Antoine Doinel, racontées par François Truffaut dans son film éponyme, semblent mieux coller à l'interprétation donnée à cette expression.

Source :

http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/le-saviez-vous-faire-les-400-coups

Commenter cet article