Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Chroniques d'un catho ordinaire

Reflexions et partages d'articles sur la sphère catholique

Eglises du Monde : Irlande

Publié le 31 Octobre 2015 par Yo

Après Philadelphie, c'est l'Irlande qui accueillera en 2018 la prochaine Rencontre mondiale des familles. Plusieurs raisons expliquent ce choix du pape François : la perte de vitesse de l'Eglise dans ce pays à forte tradition catholique mais secouée par des scandales de pédophilie, et une forte sécularisation. En témoigne la légalisation du mariage homosexuel par référendum en mai dernier. Face à cette "révolution sociale", l'archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin, voit dans cet événement l'occasion pour l'Eglise catholique d'Irlande de faire un "examen de la réalité". "L'Église a une tâche énorme pour trouver un langage qui parle aux jeunes". Plusieurs nouveaux évêques, dont le Primat de toute l'Irlande, ont été nommés ces dernières années par Benoît XVI et par François. Ce renouveau dans l'épiscopat donne-t-il un nouvel élan à l'Eglise d'Irlande? Quelles sont les priorités pastorales? Quels sont les principaux défis pour les catholiques irlandais? Eclairage avec l'invité d'Eglises du Monde, le père Dwayne Gavin, aumônier des Irlandais à Paris.

commentaires

Shabbat ?

Publié le 30 Octobre 2015 par Yo

«L’institution du Shabbat est la contribution la plus importante du judaïsme à l’humanité » (1). Cette affirmation du philosophe juif Benjamin Gross (1925-2015) est à repenser à nouveaux frais dans le cadre du capitalisme intégré. « Time is not money », voilà ce qu’affirme avec force le repos sabbatique, imposant une limite précisément à ce qui n’en a par soi-même pas – la croissance économique ou plutôt chrématistique, dynamique de l’accumulation sans fin dénoncée par Aristote. Le sabbat (ou le dimanche) rappelle que l’homme ne se réduit pas à n’être qu’un « animal laborans », un producteur asservi à la nécessité du travail : « Vous ne ferez aucun travail. » Le sabbat affirme la liberté de l’homme vis-à-vis de la nécessité économique, liberté qui s’affirme dans le repos. Comme le dit Gross avec la tradition juive : « Que manquait-il au monde ? Le repos. Avec le Shabbat, le repos est introduit dans le rythme de la nature. »

Institution culturelle au plus haut point, le sabbat est aussi le moment du retour de l’homme dans la nature, un rappel et une préfiguration de la condition édénique et paradisiaque – symbolisée par l’interdiction d’allumer du feu ce jour-là, le feu étant le signe central de la condition technique de l’humanité : l’homme ne se réduit pas non plus à être un « homo faber », un fabricateur qui transforme la Création en monde humain. De plus, l’interdiction hebdomadaire du travail comporte également celle de faire travailler, aussi bien les humains que les animaux, et implique la cessation de toute exploitation – de l’humanité comme de la nature.

Ce rétablissement de l’égalité de toute créature et de la dignité de toute la Création devant le Créateur incite à l’humilité, à la limitation de toute volonté de puissance, et invite à l’établissement d’une vie sociale conforme à la justice. L’institution biblique de l’année sabbatique, tous les sept ans, et de l’année jubilaire, tous les cinquante ans, incarne cette exigence de justice à l’égard des hommes mais aussi de toutes les créatures : mise en friche des cultures, libération des esclaves, redistribution des terres, annulation des dettes – égalisation des conditions, remise à zéro, à neuf, nouveau départ de toute la société et même, autant que faire se peut, de toute la Création – quasi recréation. Au désert, le sabbat est sanctifié par le don de la manne, nourriture sabbatique dont le principe est que personne ne manque et que personne n’amasse – les deux étant intimement lié. La révolution sabbatique, profondément égalitaire et écologique dans ses implications, est porteuse de l’espérance messianique du huitième jour de rédemption universelle, « jour entièrement Shabbat et repos pour une vie du monde qui vient ».

(1) Benjamin Gross, Shabbat, Édition de l'Éclat, 2015, 166 pages, 12 €.

Source : Falk van Gaver, La Nef N°274 d'octobre 2015

commentaires

La peur du Diable au Moyen Âge

Publié le 29 Octobre 2015 par Yo

Comment était perçu le Malin au Moyen Âge ? Omniprésent dans les esprits pieux de nos ancêtres, Lucifer était le prince de ce monde, terrorisant toutes les couches de la société. Laissez-vous conter cet aspect aussi fascinant que crucial de l'époque médiévale.

commentaires

Nostra Aetate

Publié le 26 Octobre 2015 par Yo

Cette semaine nous célébrons le cinquantième anniversaire de la déclaration sur les autres religions de concile de Vatican II, nommée aussi Nostra Ætate. Promulguée le 28 octobre 1965, elle ouvrait une ère nouvelle. Rédigée après la Seconde Guerre Mondiale dans un contexte post-Shoah, elle permettait des relations nouvelles avec le judaïsme, tout en permettant de jeter les bases avec d'autres religions comme l'Islam et le bouddhisme. Revenons donc ensemble sur cette Déclaration qui a toute son importance. Pour nous éclairer, nous recevons aujourd'hui le Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, historien de formation, ainsi que le Père Philippe Capelle-Dumont, président de l'Académie catholique de France, spécialisé en philosophie de la religion.
La Foi prise au Mot du 25/10/2015.

commentaires

Les dessous religieux des marques

Publié le 25 Octobre 2015 par Yo

commentaires

Eglises du Monde : Burkina Faso

Publié le 23 Octobre 2015 par Yo

commentaires

Hagiographie

Publié le 19 Octobre 2015 par Yo

Tout au long de l'année, la Foi prise au mot évoque la figure des grands saints de l'Église. Cette semaine, nous vous proposons de faire une sorte de synthèse et de nous intéresser à l'hagiographie. Ce mot technique désigne la manière dont on écrit la vie des saints. Quand commence-t-on à le faire ? Existe-t-il des règles pour écrire la vie des saints ? Et aujourd'hui, est-ce que l'hagiographie existe encore ? Pour répondre à ces questions, nous recevons l'historienne Marie-Céline Isaïa, Maître de conférences à l'Université Jean Moulin Lyon 3, ainsi que le Père François Marxer du diocèse de Versailles, et qui enseigne l'Histoire de la spiritualité au Centre Sèvres.

commentaires

Pourquoi parle-t-on de "pain bénit" ?

Publié le 18 Octobre 2015 par Yo

commentaires

Eglises du Monde : Syrie

Publié le 17 Octobre 2015 par Yo

commentaires

Teilhard de Chardin

Publié le 13 Octobre 2015 par Yo

Il y a 60 ans mourait le Père Pierre Teilhard de Chardin. Ce Jésuite tout à la fois paléontologue, théologien et philosophe fut autant vénéré que décrié de son vivant, manquant même de peu une condamnation de Rome. Aujourd'hui que peut-on dire de cette grande figure du catholicisme du XXème siècle ? Qui était Pierre Teilhard de Chardin ? Quelle influence a-t-il exercé sur la science ? Et que peut-on retenir de sa pensée ? Pour nous accompagner dans cette réflexion, nous recevons cette semaine Patrice Boudignon, historien et auteur en 2008 de la biographie " Pierre Teilhard de Chardin, sa vie son oeuvre, sa réflexion (Cerf Histoire), ainsi que le Père François Euvé, lui aussi Jésuite, théologien et scientifique de formation, auteur du livre " Sauver le cosmos dans les pas de Teilhard de Chardin " qui paraîtra courant novembre aux éditions Salvatore. Il est par ailleurs membre du comité de rédaction de la revue Recherches de sciences religieuses et rédacteur en chef de la revue Etvdes.

commentaires
1 2 > >>